Adhérer

Devenez membre
et acceder aux ateliers, cours, activités, tarifs préférentiels, ...
En savoir plus

Inscrivez-vous pour rester informé de toute l'actualité de votre centre communautaire.

Accueil Accueil / Événements / Expositions / Exposition de l’artiste Kára en mars


Exposition de l’artiste Kára en mars


Le Centre d’Art et de Culture et Laurence Borot sont heureux d’accueillir jusqu’au 6 mai  les œuvres de l’artiste Kára dans la galerie Claude Kelman.
L’artiste utilise le violon comme support de travail et le customise selon ses inspirations. Certaines de ses œuvres rendent hommage aux Justes.

 

Kára telle qu’elle se définit :

« Je suis une femme, sensible, émotive et impulsive comme une enfant…
Protégée par un tendre habit de mère et une formation scientifique, j’ai intégré le monde dans une bulle, en épargnant mes récepteurs de tout ce qui m’est insupportable, la brutalité, la laideur et l’injustice.
Tous les discours se contorsionnent au gré des idéologies dévastatrices, aucun langage, aucun dialogue ne peut rassembler les hommes autour de l’évidence de la beauté, de l’amour et du respect… aucun langage excepté l’Art, la Musique, seules communication universelles et pacificatrices.

J’ai sillonné mon monde, en quête de musiques, compositeurs, virtuoses et œuvres, emblématiques de chaque pays, pour les rassembler, pour les unir, autour de l’instrument qui se doit juste…comme l’ont été ceux, qui ont risqué leur vie pour sauver celle des victimes de la cruauté humaine… »

Texte accompagnant ses oeuvres :

Un violon fendu, en son âme, privé de musique, le blâme
Instrument silencieux, triste sur mon piano qui lui chante,
Mélodieux, mais reste sans écho

Puis il se réveille, offre une réponse en images pour
vivre, musique merveille, de partout, de tous âges.

Images du monde et d’ailleurs, universel langage le plus
beau des plumages, pacificateur.
Du Japon à Cuba, tel un train, il s’anime, justesse de
l’instrument, comme les justes, respect, la beauté ultime.

Appogiature à saisir comme une hampe tombée, sur
une sensible blessure vers un intense plaisir.

Contretemps attrapé d’un chemin at libé, pour un
accord parfait en cette note figée..

Cadences toniques, des cordes et de l’âme, où qu’elles
vibrent elles résonnent telles de justes harmoniques.

Respiration musicale d’un accord ?, progression infinie
vers l’état fondamental…

Le chemin est ici, jonché de doutes et de peine, j’y
suis seule aujourd‘hui, où que j’aille, il m’emmène.

Créations de plaisir, sans partition, résolution, peu
importe l’avenir, la tristesse ou les rires.

Naviguer à tâtons en cette terre inconnue,
respiration essentielle, l’émotion, la plus belle.

Équation paradoxale de blessures et d’envie, pas
de quête idéale, juste un partage de vie.

 

Exposition  du lundi 21 mars au 6 mai  2018
Vernissage le mardi 27 mars de 18h à 21h
à l’Espace Rachi – Guy de Rothschild (Paris 5e)


Partager

Facebook Twitter


Mercredi
21 mars 2018


Date fin :
Dimanche
6 mai 2018


Galerie photos